Dans l’Antre du Dragon : Tir à l’arc

Certains parcourent l’univers Fantasy à travers des livres, films ou jeux. À Montréal, nous avons rencontré ceux qui vivent le Fantasy au quotidien. Dans des gymnases et autres sous-sols d’église, ils développent force et dextérité afin de devenir de nobles représentants de la Société Créative d’Anachronisme.
7h42 vous invite à découvrir le chapitre montréalais de cette société parallèle : la Baronnie de l’Ile du Dragon Dormant.

Voici le dernier photoreportage d’une série de trois. Dans l’Antre du Dragon : chevaliers, escrime et tir à l’arc.

 

DRAGON ARCHERY

 

«Les archers à la ligne de tir!

Champ libéré!

Vous pouvez tirer à volonté.»

 

Le Maréchal annonce aux archers de la Baronnie qu’ils peuvent maintenant tirer les quelques flèches qu’ils ont dans leur carquois. Question de sécurité, aucun tir n’est permis avant ce commandement.

Malgré les apparences de discipline militaire et le haut niveau de concentration requis afin de tendre les arcs et de viser au centre des cibles, les archers sont plutôt détendus. Ils discutent de choses et d’autre. Ils blaguent, se narguent. Un peu comme un club de lecture ou de tricot. Mais on tire des flèches tout en étant costumé.

 

DRAGON ARCHERY

 

«Les archers ont terminé, arcs vers le bas!

Vous pouvez récupérer.»

 

S’ensuit alors la marche de 17 mètres vers les cibles. Les flèches sont retirées une à la fois. Certaines ont pénétré la mouche. D’autres reposent sur le sol, après avoir heurté le filet de protection.

 

DRAGON ARCHERY

 

Les archers plus expérimentés s’amusent à tirer sur des cibles plus petites, comme des balles de ping-pong ou des oiseaux décoratifs.

 

DRAGON ARCHERY

 

«Les archers à la ligne de tir!

Champ libéré!

Vous pouvez tirer à volonté.»

 

La chanson recommence. On l’entendra des dizaines de fois au cours d’une même soirée de pratique. Elle fait partie du guide officiel des Maréchaux d’Archerie de la Société Créative d’Anachronisme [SCA]. Mais chaque Maréchal y apporte sa touche personnelle, soit par la rapidité de sa prononciation, ou par le choix des mots.

 

DRAGON ARCHERY

DRAGON ARCHERY

DRAGON ARCHERY

DRAGON ARCHERY

 

Trois maréchaux sont présents ce soir. Mais un seul est Capitaine des Archers: Aragorn. Il succède à Ragi Warmbear, qui n’a assuré le poste que quelques mois.

«De la merde. Je ne voulais plus faire ce job-là. Je vais prendre le rôle mal foutu», bronche Ragi, que tous surnomment «RJ».

 

DRAGON ARCHERY

DRAGON ARCHERY

 

Ragi fabrique lui-même ses arcs. Pour 500 $, il en confectionne sur mesure aux autres membres de la Baronnie. Ceux qui ne peuvent débourser une telle somme peuvent se procurer un arc dans un magasin spécialisé. Sinon, quelques arcs trainent sur un des murs du champ de tir.

Le choix de l’arme est important. Style, époque, longueur et lourdeur.

La SCA est une communauté médiévale couvrant tout le Moyen Âge, soit plus de 1000 ans d’histoires. D’où l’anachronisme. Un soldat romain peut côtoyer un ninja ou un épéiste de la Renaissance.

Mais un arc moderne de type olympique — un arc à poulies en fibre de carbone — trouverait difficilement sa raison dans la Baronnie.

 

DRAGON ARCHERY

 

Ragi : «C’est un style vraiment différent des arcs sportifs. Ce qu’ils utilisent est conçu pour être plus rapide et efficace. Ils sont vraiment légers et ils utilisent des flèches très légères. Parce qu’ils veulent atteindre le maximum de vitesse.

Ils ne se soucient pas de la pénétration. Ce n’est pas important pour eux, la manière qu’une flèche perfore sa cible. Tant que la flèche se rend au même endroit de manière consistante.

J’utilise des flèches et un arc qui sont assez lourds et assez puissants pour chasser. Des flèches en érable dur. Ça l’a assez de puissance pour s’enfoncer d’un côté et ressortir de l’autre côté de l’animal que je veux bien chasser. Même un ours. Il suffit de viser au bon endroit.»

 

DRAGON ARCHERY

 

Ragi fabrique des arcs en bois longs et plats. Il les modèle à partir de fragments d’arcs qui ont été trouvés en Scandinavie. Certains d’entre eux datant de sept à dix mille ans.

Le facteur d’arc insiste que ses œuvres ne sont pas des répliques exactes : «J’ai pris le design de base de ces arcs et je l’ai modifié selon mes propres critères esthétiques.»

 

DRAGON ARCHERY

 

Aragorn est lui aussi à la recherche d’authenticité. Jeune garçon, il pratiquait le tir à l’arc. Trente ans plus tard, il se met à la recherche d’un lieu où il pourrait renouer avec sa vieille passion. Avant de devenir membre de la Baronnie, il essaie des clubs de tir plus standards.

Aragorn: «Le style sportif ou olympique est trop rigide. Les gens ont plein de trucs qui pendent de leur arc: des poids, des tiges et une mire… C’est un peu de la triche. C’est pas ce que je veux.

Je veux quelque chose de classique, de réel. Du vrai pouvoir.

Ici, tu te sens vraiment comme un élément du processus de tir. Tu vises pour vrai. C’est toi qui dois t’ajuster pour devenir meilleur, s’efforçant de faire les mêmes mouvements chaque fois dans le but de tirer ses flèches au même endroit chaque fois.»

 

DRAGON ARCHERY

DRAGON ARCHERY

 

Parmi les habitués des pratiques d’archerie se retrouve Austin, un petit nouveau. Il est facile à identifier parce qu’il n’est pas costumé et, surtout, parce qu’il se tient à l’écart des autres, sous le cadre de porte de la salle du sous-sol d’église que loue la Baronnie.

Austin : «C’est la troisième ou quatrième fois que je viens. Je viens toujours avec mon cousin. Je fais ça au cas où il y aurait une attaque de zombies. Savoir manier un arc pourrait être utile.»

Je lui demande s’il souhaite s’impliquer dans la SCA, devenir membre de la Baronnie. Il m’avoue ne pas savoir ce que c’est et qu’il ne savait pas que ce soir, les gens seraient costumés.

Je lui avoue que moi aussi, j’ai trouvé la SCA dans un forum en ligne de survivalistes. Qu’ils enseignaient plusieurs savoirs anciens encore pertinents. Et qu’on n’avait pas besoin de devenir membre ou d’embrasser leur cause afin de participer à leurs pratiques.

 

DRAGON ARCHERY

 

Succès déverrouillé : les Archers du Dragon découverts !
Vous avancez maintenant de quelques pas et vous localisez 2 sentiers.

LE PREMIER mène à gymnase d’un centre communautaire de l’arrondissement Westmount, à Montréal. Deux membres de la Baronnie y pratiquent le maniement de la rapière. Bienvenue à l’Escrime du Dragon.

LE DEUXIÈME SENTIER mène à la l’autre moitié du gymnase, où d’autres membres de la Baronnie sont vêtus de la tête au pied d’armures métalliques ou en cuir. Ils se frappent dessus avec des épées, des haches de guerre ou d’énormes armes d’hast.

Le bruit des armes en bois fracassant les armures et les boucliers tonnent et résonnent entre les quatre murs verts du gymnase. Vous ne vous entendez plus penser. Bienvenue aux combats en armure des Chevaliers du Dragon. Ce soir, ils se pratiquent avec l’objectif de gagner le prochain tournoi.

 

ESCRIME-APPEL

CHEVALIERS-APPEL




7h42-PARTAGE

glisse

Plus d'articles